RUSSIE – Une évolution du visa électronique pour relancer la machine touristique ?

Afin de rétablir rapidement le flux de touristes internationaux après la levée des restrictions voyages dues à la pandémie de Covid-19, de nouvelles villes russes pourraient être ajoutées au programme e-Visa actuel, avant un déploiement national de ce système électronique en 2021.

La Cathédrale Saint-Basile située sur la place Rouge de Moscou, vidée de ses touristes (photo: AdobeStock)

Publié le 20 Avril 2020



🛫 #VoyagezInformés 📰

Inscrivez-vous ici 📧  à notre newsletter pour vous tenir informé des actualités internationales sur les formalités voyages 🗺 .


« ♫ La place Rouge était vide, devant moi marchait Nathalie… ♪ » chantait Monsieur 100.000 volts, mais, depuis quelques semaines, pas de Nathalie, ni de Gilbert et encore moins de guides à l’horizon car plus de touristes étrangers auxquels faire découvrir la Russie depuis que le pays a fermé ses frontières.

 

En raison de la crise sanitaire que traverse actuellement le monde, de nombreux pays ont décidé de fermer leurs frontières aux étrangers afin de contenir la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus et de préserver la santé publique nationale et mondiale.

Côté russe, les visas, physiques ou électroniques, ne sont plus délivrés aux étrangers depuis le 18 Mars 2020, et ce, jusqu’au 1er Mai 2020 (période prorogeable selon évolution de la situation).

 

ADAPTER RAPIDEMENT LE VISA ELECTRONIQUE

L’e-Visa russe, qui permet, en temps normal, à son titulaire de visiter Saint-Pétersbourg (et la région de Leningrad), Kaliningrad (et sa région) ainsi que l’Extrême-Orient russe, rencontrait un réel succès ces derniers mois, notamment auprès des voyageurs français qui font partie des 53 nationalités actuellement éligibles.

 

Avec la crise économique qui se profile, la gratuité du visa électronique pourrait être un facteur important dans la promotion de la destination Russie après la levée des restrictions voyages actuelles, mais faut-il encore que cet e-Visa évolue, c’est en tout cas ce que pense les professionnels russes du secteur touristique.

 

En effet, en ce 20 Avril 2020, l’Union russe de l’industrie du voyage (RST) a proposé à l’Agence Fédérale du Tourisme russe (Rostourim) d’inclure trois nouvelles villes pour l’entrée des voyageurs étrangers en Russie sur présentation d’un visa électronique: Moscou, Sotchi et Kazan.

 

Le RST, qui représente les intérêts de plus de 3000 entreprises de l’industrie touristique en Russie, explique dans un communiqué « qu’une telle mesure serait pertinente pour la restauration rapide du tourisme récepteur après la levée des mesures restrictives liées à la pandémie » .

 

Le chef de la Commission visas au sein du RST, Sergey Voitovich, relève également l’aspect tarifaire du e-Visa qui, en cas d’ajouts de ces nouvelles villes, pourrait ainsi exempter de nouveaux frais consulaires les futurs touristes: « Cela évitera à 99% des touristes étrangers d’avoir à réclamer de nouveaux visas pour leurs séjours reportés et à payer un second visa » .

 

Une majorité des prestations touristiques (vols, hôtels, visites,…) réservées par les voyageurs étrangers ont pu être décalées ou remboursées ces dernières semaines cependant le visa, produit consommé avant le départ et conditionnant le bon déroulement du séjour, ne bénéficie pas, à date, de telles mesures

Des discussions seraient en cours entre les organisations publiques et Rostourism sur une possible prolongation des visas non-utilisés en raison de la fermeture des frontières, mais aucune acceptation ou démarches officialisées pour le moment.

 

Pressé par tout un secteur englué dans un crise sans précédents, le RST est convaincu que « l’ajout de ces nouvelles villes doit intervenir, au plus tard, le 1er Juin 2020 afin de stimuler l’entrée en Russie après la levée des restrictions. L’élargissement de la liste des villes donnera à l’industrie du tourisme une chance de sauver la saison et de commencer sa sortie de crise. La nécessité de réclamer des visas réguliers, en particulier une seconde fois, peut sérieusement ralentir le processus de relance du marché… » .

 

Rostourism, dirigée par Zarina Doguzova qui était de passage en France il y a quelques semaines afin de notamment promouvoir le service russe de visa électronique, a donc la balle dans son camp.

 

L’E-VISA 2.0(21) SE DÉVOILE

Site gouvernemental actuel de demande de l’e-Visa (Photo: electronic-visa.kdmid.ru)

 

2021 verra naître une nouvelle version du visa électronique, qui couvrira l’intégralité du territoire russe.

 

Le 16 Avril 2020, un projet de loi fédérale portant sur « la modification de certains actes législatifs de la Fédération de Russie concernant, en partie, la formation d’un visa électronique unique et l’entrée dans la Fédération de Russie de citoyens étrangers sur la base d’un visa électronique unique » a été approuvé par le gouvernement russe.

 

Dans ce document législatif fédéral, rédigé par le président russe Vladimir Poutine, nous apprenons que l’e-Visa deviendra une catégorie de visa à part entière, à l’instar du visa ordinaire, diplomatique, résident ou encore officiel, et qu’il se nommera visa électronique unique lors de son lancement le 1er Janvier 2021.

 

Sa future validité est également dévoilée dans le document. Le visa électronique unique sera valable, dès son approbation et délivrance, pour une durée de 60 jours et permettra à son titulaire d’effectuer un séjour (simple entrée) jusqu’à 16 jours en Russie.

 

Le délai de délivrance du visa électronique unique sera de 4 jours, ce dernier ne pouvant être réclamé moins de 96 heures avant l’arrivée dans le pays.

 

Les futurs tarifs et nationalités éligibles n’apparaissent pas encore dans le projet de loi fédérale mais, il y a quelques semaines, le Vice-Ministre russe des Affaires Étrangères, Evgeniy Ivanov, évoquait le prix de 50$ et des pays bénéficiaires identiques à ceux déjà éligibles à l’e-Visa actuel.

 

Ce projet de loi fédérale sera très prochainement soumis à la Douma.

 

Consciente des quelques couacs rencontrés par le système et ses utilisateurs lors du lancement du service en ligne auprès des citoyens européens, Zarina Doguzova soulevait, lors de sa récente venue en France, la principale problématique rédactionnelle à laquelle les usagers eurent à faire face, ces derniers négligeant la saisie de quelques données personnelles essentielles, empêchant ainsi l’embarquement ou l’arrivée en Russie.

Afin de résoudre ce problème, le site ministériel russe fut actualiser en début d’année 2020 pour indiquer, avec plus de précisions, comment bien répondre aux questions posées.

Pour sa mouture 2021, Rostourim devrait soumettre au gouvernement russe l’incorporation d’une numérisation du passeport du requérant afin de pallier à toutes erreurs.

Les e-Visas:
Avec les nouvelles technologies, de plus en plus de pays proposent la délivrance des visas en ligne. Communément appelés E-Visas, ces visas sont délivrés sans que vous n’ayez désormais à vous déplacer. Il s’agit vraiment d’un tournant et de la disparition annoncée des visas sur passeport.
Quelques exemples :

Le e-Visa Inde

Le e-Visa Chine

Le e-Visa Vietnam

Le e-Visa Arabie Saoudite

Le e-Visa Australie

Le e-Visa Cambodge

Le e-Visa Bénin

Le e-Visa Myanmar (Birmanie)

Le e-Visa Sri Lanka

Le e-Visa laos

Le e-Visa Oman

Le e-Visa Russie

Le e-Visa Tanzanie

Le e-Visa Kenya

Le e-Visa Bahreïn

Il existe aussi d’autres formalités en ligne qui ne sont pas des visas mais des procédures virtuelles comme pour

Les Etas Unis : L’ESTA

Le Canada : L’AVE

La Nouvelle Zélande : NZeTA